"L'ECRITURE EST LA PEINTURE DE LA VOIX- Voltaire

Idylle au Pays Noir…

Œuvre de Paul Theunissen… Anzin (59410)

p aul theunissen

Né le 3 août 1873, Paul Theunissen est de dix ans le cadet de Corneille.
Un artiste dans la famille, ça suffisait.
Alors ses parents l’avaient destiné à la pâtisserie.
Mais Paul a décidé de prendre le chemin de son frère déjà illustre, en suivant en cachette les cours de dessin de Casimir Pétiaux.
En 1888, Paul entre dans la classe de Maugendre.
Il a 15 ans. La même année, son frère est Grand Prix de Rome. Doué, il dispute des concours, médailles et récompenses avec Alphonse Terroir et Pierre Dautel, ses amis et également futurs Grands Prix de Rome. »

Prix et récompenses
« Trois années plus tard, Paul rejoint son frère à Paris et entre dans la classe de Cavelier, à l’école des Beaux-Arts.
Il remporte de nombreuses récompenses et prix, grâce à des œuvres comme Caïn Jaloux ou Idylle au Pays Noir.

661_001.jpg
La statue quand elle était exposée au Jardin de la Rhonelle
à Valenciennes

En 1926, il a été décoré de la Légion d’honneur.
Excellent professeur, il a exercé au lycée Turgot et aux Cours Montparnasse.
Paul Theunissen est mort le 9 janvier 1931. »
Achetée en 1913
« Son œuvre Idylle au Pays Noir trône aujourd’hui place Salengro.
Créée en 1909, elle a obtenu une médaille d’or au Salon des artistes français.
Puis elle a été choisie pour figurer dans la section d’art français à l’exposition internationale de Bruxelles de 1910. »
« Acquise par l’État et la ville d’Anzin en 1913, elle a trouvé place dans les jardins de la gare des mines d’Anzin, située près de la mairie.
Suite à la fermeture de la gare, elle a été déménagée au square de la République, avant de retrouver sa place définitive, en 2002, lors de la rénovation de la place Salengro.
L’œuvre montre un ouvrier mineur et une jeune femme, d’inspiration naturaliste, en granit des Flandres.
Elle représente le travail mais surtout le détachement vis-à-vis de ce travail pour une pensée plus profonde, plus humaine : l’amour. »

 

Paul Theunissen, Le Caïn jaloux : photographie sur plaque de verre au gélatino bromure d’argent, 13×18 cm, représentant l’artiste pratiquant lui-même le marbre de la sculpture.
Cette œuvre, exposée au Salon des artistes français de 1903, n° 3567, est aujourd’hui exposée dans le Parc de la Rhônelle à Valenciennes

116

 

Extrait de Jean-Claude Poinsignon,
« Bienvenue dans l’Athènes du Nord, Petite histoire des statues de Valenciennes », Editions Spratbrow, 1998 :

cain jaloux
En redescendant vers le bassin aux cygnes on découvre Eve, notre mère à tous, et ses deux enfants.
Il est l’oeuvre du statuaire Paul Theunissen qui, à défaut d’avoir sa rue, comme son frère Corneille, peut aujourd’hui encore être connu par une sculpture exposée en permanence dans un jardin public.

Avant de voler de ses propres ailes, cet excellent praticien fut le collaborateur de Fagel, de Gauquié et de Corneille Theunissen. On le voit participer au Salon de 1894 à 1930.
Son « Idylle au Pays noir » lui valut une médaille de deuxième classe et fut acquise par l’Etat avec la ville d’Anzin où elle demeure un des plus beaux ornements de la cité minière.
Le « Monument aux Morts » qu’il exécuta à Caudry en 1922 montre que Paul n’était pas moins talentueux que Corneille. Peut-être son principal défaut fut-il l’excès de modestie ?
« Le groupe qu’il laisse à Valenciennes s’intitule « Caïn jaloux ».
Le modèle en plâtre avait obtenu un deuxième Prix Chevanard et une médaille de troisième classe au Salon de 1901.
Paul fut vivement encouragé par son frère Corneille et par sa soeur, qui devint en l’occurence son mécène, à réaliser en marbre ce coup d’essai magistral.
Dans cette matière noble, il modifia seulement les traits d’Eve à qui il prêta ceux de la femme qu’il allait épouser.
L’oeuvre fut achetée par l’Etat et envoyée à Valenciennes où elle demeura quelques temps, emballée dans une caisse, en bas de l’escalier du Musée qui se trouvait alors à l’étage de l’Hôtel de Ville.
Le poids du groupe interdisait une installation dans les hauteurs de la maison commune…
On eut enfin l’idée de le placer, en 1909, au Jardin de la Rhônelle. Paul Theunissen aurait sans doute préféré le nouveau Musée des Beaux-Arts, place Verte.
Le poli de son marbre, sa parfaite exécution, y auraient été mieux mis en valeur.
L’enfoncement progressif du « Caïen jaloux » dans le sol du Jardin, les mousses, les coulures, voire les graffitis qui le couvrent, des mutilations qui commencent, semblent bien donner aujourd’hui raison au sculpteur.
Et il n’aurait pas encouru alors, son oeuvre étant dans l’espace fermé d’un musée, la vindicte des mères de famille qui pétitionnèrent en 1909 contre l’installation d’une oeuvre jugée impudique dans un jardin fréquenté par des enfants. Theunissen en fut, dit-on, profondément blessé. »

De la même époque…

Lucien Hector Jonas, né le 8 avril 1880 à Anzin, mort le 20 septembre 1947 dans le 16e arrondissement de Paris, est un peintre français.
Né dans une famille d’industriels du Nord de la France, Lucien Jonas, peintre d’Histoire et de genre, est bachelier ès-lettres en juin 1898. Il poursuit ses études à Valenciennes avec Joseph-Fortuné-Séraphin Layraud et étudie également le solfège et le violon pendant sept ans au Conservatoire de Valenciennes.

À la même époque, il rencontre Henri Harpignies qui manifeste rapidement de l’affection pour celui qu’il considère comme son protégé.
Il saura développer en lui son attrait pour la nature, et l’incitera à peindre sur le motif.
À la mort de son père, le 2 octobre 1902, Lucien Jonas abandonne les Beaux-Arts pour retourner à Anzin, auprès de sa mère, aider à la gestion de la distillerie familiale qui sera ensuite reprise par son frère.

En 1916, il est nommé peintre officiel de la Marine.
La guerre lui inspire des compositions appréciées qui décorent divers édifices publics.
Il décrit souvent la vie des mineurs et le « Pays Noir ».
Il connaît également le succès avec des décors muraux dans le style Art déco et réalise la décoration de nombreux édifices, notamment à Paris (maison des Centraux) et à Valenciennes (hôtel de ville, chambre de commerce).

Hommage
À Anzin, un monument situé au chevet de l’église Sainte-Barbe, rue des Martyrs, rend hommage au peintre natif de la cité.
Il est l’œuvre du sculpteur Aimé-Gustave Blaise et fut inauguré le 16 octobre 1949.

Buste de Lucien Jonas

Balade photographique

Une plaque commémorant son souvenir fut installée le même jour sur la façade de sa maison natale, no 213 avenue Anatole France à Anzin.
On doit le médaillon représentant le peintre de profil au sculpteur Lucien Brasseur.

Pour la petite histoire…
On retrouve dans le Théâtre d’Anzin des fresques murales peintes par Jonas.
Ainsi que dans une ancienne Pharmacie, qui s’appelait ailleurs « Pharmacie Jonas » où des dessins relatant divers soins donnés par des apothicaires  à des patients posant dans des positions quelque fois un peu bizarres.
Je ne sais pas si ça existe encore. Il faudrait que j’aille y faire un tour.

99657399
Dans un café  ayant pignon sur la  grand Place, le haut des murs était aussi décoré de fresque  Jonas. Maintenant, une banque a pris la place de ce café, et je crois que les fresques n’ont pas été détruites, mais seulement recouvertes  de toiles???? A vérifier.

Mousseron_Denain par c theunissenJules Mousseron par P Theunissen

portrait de mineur jonas
Portrait de mineur par Lucien Jonas
Lucien_JONAS Lucien Jonas (Peintre)

Bonne promenade!

Publicités

4 Réponses

  1. Je ne le connaissais absolument pas et encore moins son lien de parenté avec Corneille.
    Très instructif cet article, merci Arlette et bonne journée.

    23 mars 2016 à 10 h 30 min

  2. Un bien magnifique, instructif et intéressant billet Arlette !
    Merci de nous partager tout cela et bonne nuit reposante !
    Grosses bises♥

    22 mars 2016 à 21 h 45 min

  3. Quel article intéressant merci beaucoup pour se partage

    22 mars 2016 à 19 h 29 min

    • Bonjour! Dommage que je ne puisse aller chez vous. Merci beaucoup!

      22 mars 2016 à 20 h 33 min

Avant de partir, un petit mot me ferait tellement plaisir! Merci!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s