"L'ECRITURE EST LA PEINTURE DE LA VOIX- Voltaire

NOEL SURPRISE CHEZ LES TOUAREGS!

desert004

Un peu avant Noël …. dans des temps très anciens…….
imageSur les contreforts de l’Atlas, dans les dunes du Sahara……… un  village de tentes noires, habitations traditionnelles des Touaregs, les hommes bleus du Désert, vivaient des familles de  marchands, nomades, transporteurs de denrées et d’épices, caravaniers.

image

Dans une de ces grandes et belles tentes Touarègues vivait une famille,  Farid, le père,  Kadhija, la maman  et leur fils Razzi.

femme-touareg-7731439472-948558  touareg1.jpg2image

Farid était à la fois marchand et caravanier.

Il possédait deux méharis, ces vaisseaux du désert qui servent au transport des marchandises et des hommes.

Il n’était pas bien riche, et quand il le fallait, il empruntait des bêtes à son frère pour répondre aux demandes des clients et pour gagner de quoi faire vivre sa famille.

Sa femme, Kadhija tenait sa tente parfaitement, propre, accueillante, les thé toujours prêt pour l’invité de passage.

imageElle s’occupait de leur petit troupeau de chèvres et de moutons.

Ils s’en nourrissaient et leurs peaux, tannées et travaillées servaient de couvertures, de tapis et aussi de vêtements pour les froides nuits du désert.

Razzi allait à la classe du village, et les jours sans école, il gardait le troupeau.

A l’approche de Noël, Farid dut partir accompagner de riches marchands.paysage palmier touareg verticalp

En plus de ses deux dromadaires, il dut emprunter les trois  bêtes de son frère.

touareg1Quand il revenait, il partageait avec lui les gains de son transport.
C’était ainsi, ils partageaient leurs revenus.

Kadhija et Razzi restèrent au village.

assiette-poisson-et-vue-d-ensemble-table-Touareg

Comme les fêtes approchaient, ils se mirent à décorer la tente pour honorer Noël.

Kadhija fit des gâteaux aux dattes, des gâteaux au miel, à la noix de coco. Elle prépara la viande. attendant En le retour de Farid.image

Lors de son  retour , Farid fut pris dans une subite tempête de sable.

Il en avait déjà vécues, mais comme celle là, jamais!

Le vent rugissait  et soulevait des tonnes de sable qui piquait les yeux, s’infiltrait partout.

Pour se protéger, Farid creusa un trou dans le sol, au pied d’un rocher et s’y tapit, attendant que la tempête s’apaise.

Il faisait déjà nuit. Farid attendit et dormit un peu tant il était fatigué de sa longue route.

Au petit matin, le calme était revenu.

Plus un souffle de vent, plus de sable qui vole……… Mais, non plus, plus de bêtes.

Affolées, et sûrement mal attachées elles s’étaient enfuies.

Il regarda autour de lui, les cherchant, scrutant l’horizon, mais, le paysage avait complètement changé.

Tout était transformé. Il ne reconnaissait plus rien.

Il était là, seul au milieu du désert, complètement désorienté. Plus de point de repère, plus rien.

index

image Soudain, il vit d’étranges petites boules blanches, légères comme du duvet tomber du ciel.

Surpris, il essaya de les toucher, mais chaque fois qu’un de ces petites boules se posait sur sa main, elle fondait, et il ne restait qu’une gouttelette d’eau.image

Il était très intrigué. Il n’avait jamais vu pareille chose.

Le ciel était pourtant  d’un beau bleu azur, sans un nuage et il se demandait comment il allait pouvoir image retrouver son chemin.

Et, ces étranges plumettes tombaient si fort qu’ en s’amassant sur le sol, elle formèrent  un épais tapis blanc.

Apeuré, Farid regagna son abri sommaire, se couvrit de sa peau de mouton et attendit que ca s’arrête.

La journée s’avançait et le duvet commençait à s’accumuler autour de lui.image

Il regarda autour de lui. Maintenant, tout était blanc, plus de dune. image Etrange paysage!

Seule la Lune le regardait,et les étoiles scintillaient dans le ciel.

“Bon, se dit’ il, il faut que je bouge, il faut que je fasse quelque chose,oui, mais quoi?”

Il se frotta les yeux, s’étira, et décida de se remettre en route, pour où, il ne le savait pas.

Où aller?

Comment faire?

Comment se repérer?

Il était désespéré.

Tout à coup, un énorme nuage de poussière blanche, non, pas de la poussière, plutôt comme de la ouate le fit se retourner.

De cette brume blanche apparut un véhicule étrange.
Un véhicule qu’il ne connaissait pas, et non pas tiré par des dromadaires ou des chevaux,
mais par de bizarres bêtes rousses, brunes, aux cornes toutes de travers.

Cet étonnant attelage était dirigé par un non moins étrange personnage;
Pas de “chèche” pour le protéger du soleil et du sable, pas de “boubou”
pour le vêtir, une peau blanche.image

Quel étrange accoutrement!

Farid n’était pas un froussard, et la peur, il ne la connaissait pas, mais, à cet instant,
il se demandait bien ce qui se passait et qui était ce personnage inconnu.

Le gros bonhomme lui fit signe et dit :
“Hé Farid, tu sembles perdu au milieu de ce désert.
Et tes bêtes, où sont elles?
Et ton chargement, perdu aussi?”

Farid, très étonné que ce gros bonhomme le connaisse par son nom,
s’approcha quand même

“Oui, j’ai tout perdu.
Il y a eu une énorme tempête et mes bêtes se sont enfuies.
Je ne sais même pas comment je vais faire pour retrouver la route de mon village.

Redimensionnement de IMGP6297
Là-bas, ma femme Kadhija et mon fils Razzi m’attendent pour la fête.
Je ne les reverrai jamais.
Mais, d’abord, qui es tu toi qui connais mon nom, et qui sais tout de moi?”

Et, il se mit à pleurer amèrement.  sahara_4 

“Bien sûr, tu ne me connais pas, c’est normal, lui répondit le gros bonhomme rouge,
je ne viens jamais par ici, c’est trop loin,

Je suis “le Père Noël!”image

Le Père Noël, mais je ne connais pas, répliqua Farid.

– Mais, tu vois , j’existe,je suis là, tâte, touche moi.
Et Farid de tâter le Père Noël.
  Et tu sais que cette nuit, c’est la nuit de Noël, et que la Nuit de Noël tous les souhaits se réalisent.
  Et toi, que voudrais tu?

– Oh, tu ne pourras pas le réaliser.
On n’a plus de repères!
On ne se retrouvera jamais!

– Ne t’inquiètes pas, dis moi.
Mes rennes connaissent toutes les routes.

– Je voudrais retrouver mon village et ma famille image
J’ai tout perdu, même les bêtes de mon frère.
Mais, si je retrouve mon village,
je travaillerais dur pour le rembourser, et après j’achèterais une petite mule,
et après, on verra bien.
Et puis, levant les yeux au ciel :

“Allah  pourvoira!”

– Allez, arrête de te désoler de la sorte, viens t’installer à côté de moi.
Obéissant, Farid monta dans le traîneau, se couvrit  avec les peaux,
et s’endormit aussitôt.

Il ne rouvrit les yeux qu’en ressentant le choc que fit le traîneau se posant sur le sol.

Eberlué!
Ils étaient dans son village de tentes.      tente 

Au bruit occasionné par le traîneau, les amis accoururent,
surpris de voir Farid descendre de cet engin hors du commun et inconnu d’ eux.

“Mais, tu es là, Farid?
Tu n’es pas mort dans la tempête?
Et comment as tu fait pour nous retrouver?”

D’un geste, il montra le Père Noël et dit; :

C’est grâce au Père Noël, sans lui je serais mort à cette heure.
Pourtant, il ne connait pas le Désert, et il m’a trouvé.
Il n’était jamais venu par ici!”

Et tous : “C’est un miracle, c’est un miracle!”

090526-femme-touaregA tout ce brouhaha, arrivèrent Kadhija et Razzi.
-Comment tu as fait?”
– C’est grâce au Père Noël!

Mais eux ne savaient pas qui était le Père Noël.
Il fit donc les présentations.

A ce moment, Père Noël dit :

” Bon, il faut que je m’en aille, car je n’ai que cette nuit pour distribuer tous les cadeaux!”

– Attendez, attendez Père Noël dit Kadhija, vous allez bien prendre un thé bien chaud avant de repartir
image

Ils se dirigèrent vers la tente de la Famille.

Elle était toute illuminée.
Des bougies et l’encens brulait parfumant l’air tout autour de la tente.

Le Père Noël n’avait jamais bu de thé à la menthe, c’était délicieux,
doux et aussi parfumé.

Farid fut très surpris de voir la tente ainsi illuminée. gardeng2
:”Mais, pourquoi toutes ces lumières?”

– Nous savions que tu allais arriver cette nuit.

– Mais comment?

– Hier, une étoile est tombée devant notre tente et
une dame toute de blanc vêtue, avec des ailes nous l’a dit.

– C’est merveilleux, mais je n’y comprends rien. dit Farid.
Il faut que je te dise, Kadhija, j’ai tout perdu, mon chargement,
mes bêtes et celles de mon frère.
Nous sommes vraiment pauvres maintenant.
Nous n’avons plus rien.

– Mais, que dis-tu, lui rétorqua t’elle,en riant?
Ton changement est là, bien rangé dans le coin comme d’habitude.
  Regarde dans l’enclos, toutes les bêtes sont là depuis ce matin.

Eberlué, Farid ne comprenait vraiment rien.

Il regarda le Père Noël et dit………..

imageLe Père Noël ne lui laissa pas terminer sa question………

-Farid, je te l’ai dit, c’est la Nuit de Noël, et tout arrive la Nuit de Noël!

Il était sur le départ, puis se ravisant, il se dirigea vers son traîneau et appela tous les enfants
et distribua sur la place tous les paquets qu’il avait.

image                 

– Dis moi, Farid, qui vient ici à  Noël déposer les cadeaux?

– Personne!
Nous sommes trop loin de toute route, trop isolés, et aussi pas très riches dans le village.

– Je sais maintenant qui viendra ici chaque année, la Nuit de Noël………
Moi         !image

Je reviendrai, et toi Kadhija, tu me referas ce délicieux thé comme celui
que tu m’as servi toute à l’heure?

Heureuse de voir sa famille réunie, ses amis heureux de leurs cadeaux, elle acquiesça vivement :

“Bien sur Père Noël, volontiers!”image

Là -dessus, il remonta dans son traîneau, couvrit ses jambes des ses couvertures de fourrure,
Un coup de fouet claqua dans la nuit, et aussitôt le traîneau s’éleva dans les airs,
suivi d’une nuée d’étoiles scintillantes .
Et on n’entendit plus que le cliquetis des clochettes des rennes.

image

 

Et, depuis cette nuit là, tous les ans, un traîneau 
et ses rennes se posent sur la place d’un petit village de tentes noires de Touaregs,
et devant la tente de la Famille de Farid, Kadhija et Razzi, toute la famille l’attend, un thé à la menthe bien sucré prêt pour le Père Noël.

C’est çà la féérie de la Nuit de Noël, tout arrive!

 

image

 

       image                                                         

 

Le 10 décembre 2010 – PELAGIE

14 Réponses

  1. C’est magique, j’y suis allé de ma petite larme tellement c’est beau. Je voudrai ta permission pour le partager sur mon monde virtuel où je suis conteur… je songe déjà à une mise en scène 🙂
    Bravo, en tous cas… c’est superbe.

    15 janvier 2011 à 15 h 36 min

  2. zaza

    avec toutes mes excuses un passage retardé….
    quel beau conte…une feerie de melange culturel, bien plus beau que sous le froid…felicitations

    9 janvier 2011 à 16 h 51 min

  3. ag mohamed

    si vous envisagez de voir tout sur les touareg ,il fo just me contacter sur cette adresse:agmohamed85@yahoo.fr.
    vraiment je trouve cette anecdote tres interssante

    19 décembre 2010 à 11 h 05 min

  4. ag mohamed

    Croyait moi elle belle ton histoire ça me rappel les tentes de mes encetres ca moi aussi je suis toureg.

    19 décembre 2010 à 10 h 57 min

  5. Ghislaine

    coucou Arlette,
    oui je vais bien, mais je suis plus contente que toi tu ailles bien
    vu que c »était pas le top pour toi
    gros bisous ma chere Arlette et caresse a Emy
    alors elle a ete au toilettage ???

    14 décembre 2010 à 18 h 20 min

  6. Mitchî

    Un bien joli conte que je raconterais certainement à ma petite Julia, il n’y manque rien et les décos sont très bien agencées.
    Bravo

    14 décembre 2010 à 14 h 36 min

  7. mamie nicole

    bonjour , merci d’être venue sur mon blog .Je passe de bonne heure car la journée et pour noël j’ai ma fille et surtout mon ti coeur d’amour Viktor .Et je viens répondre à ta question .Oui tu peux prendre les créas qui te plaisent je partage .Biiises et bon noël à toi aussi et à tout ceux que tu aimes .

    14 décembre 2010 à 7 h 09 min

  8. claudielapicarde

    Elle est belle ton histoire, ça change des noël dans le froid des pays nordiques.
    Bravo.
    bises et bonne semaine.

    13 décembre 2010 à 9 h 42 min

  9. Ghislaine

    Bonjour Arlette
    petit passage frileux chez toi
    chez nous pas chaud alors chez vous
    ce doit etre pire je pense………
    le rod va s’intensifié cette semaine
    d’apres la météo !
    couvre bien Emy…………
    nous avons acheté un manteau chaud a Kaly nous ..
    ca protege son ventre du froid et son dos……….

    13 décembre 2010 à 9 h 25 min

    • Ghislaine

      le froid bien sur pfffffffff ce clavier !!!

      13 décembre 2010 à 9 h 26 min

  10. Une bien belle histoire que voilà …
    La magie de Noël commence à faire effet, dans toutes les têtes, celles des petits et même des grands,
    tu sais comme j’aime les contes
    bonne soirée
    bisous
    Mamie Mandrine

    12 décembre 2010 à 20 h 05 min

  11. Pingback: récapitulatif atelier: contes de noel | chez ZAZABELLE

  12. Bien belle histoire. J’ai adoré la lire.
    1000 bravos !
    J’espère que je vais m’en sortir aussi bien que toi 😉

    12 décembre 2010 à 18 h 40 min

Avant de partir, un petit mot me ferait tellement plaisir! Merci!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s